Tereos Menu Search

Tereos transforme des matières premières agricoles en sucre, en alcool et en amidon.

16 juillet 2018
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, en visite à la Réunion.

Message d'erreur

Notice : Undefined index: disabled_javascripts dans eu_cookie_compliance_page_build() (ligne 306 dans /opt/www/tereos/sites/all/modules/contrib/eu_cookie_compliance/eu_cookie_compliance.module).

C’est en plein démarrage de la campagne de canne à sucre que Stéphane Travert s’est rendu lundi 9 juillet sur le site d’eRcane à la Réunion. Au programme, visite du centre de recherche et découverte des nouvelles innovations des process industriels de sucrerie.

Pêche, élevage, export, production locale… Les sujets n’ont pas manqué au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation lors de sa visite au sein du monde agricole de La Réunion. En pleine récolte de la canne, Stéphane Travert a consacré une large partie de son emploi du temps aux enjeux de la filière canne-sucre.

Et c’est au centre de recherche d’eRcane  que le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a terminé sa première journée de visite. Un symbole fort pour eRcane qui est né de la volonté de l’industrie sucrière de La Réunion de demeurer à la pointe de la technologie et de l’innovation mondiale.

La délégation ministérielle a été accueillie par Philipe Labro, Président d’eRcane, et de Tereos Sucre Océan Indien, pour une présentation des grands enjeux et des perspectives de l’industrie sucrière réunionnaise, des projets phares et des grands axes de recherche. 

« La filière canne-sucre est aujourd’hui plus forte qu’il y a 10 ans ou 20 ans. Mais, il ne faut pas baisser la garde », a rappelé Philippe Labro.

La délégation ministérielle a pu visiter les différents ateliers du site : collection de cannes, serre d’hybridation et laboratoire de chimie verte. En effet, aujourd’hui, la canne ne permet pas seulement de produire du sucre et des débouchés alimentaires, elle aide à partir de ses résidus, à produire de l’électricité avec la bagasse, de l’engrais avec l’écume et de l’alcool avec la mélasse.

Alors que les premières cannes fauchées étaient arrivées tôt le matin du 9 juillet sur le site Tereos de Bois Rouge, Stéphane Travert n’a pas manqué d’ajouter qu’il fallait «travailler à la montée en gamme pour aller chercher des nouveaux débouchés commerciaux, pour structurer la filière et la, l’ancrez sur le territoire, parce qu’avec 57 % de la surface agricole utile, cette filière canne structure l’économie du territoire. »

Pour aller plus loin

Entretien stratégique : Tereos, un groupe solide
RSE : Construire des relations solides et durables
R&D : Tereos développe les solutions du futur
Historique : Aux origines d’un groupe coopératif français