Marché

Chimie du végétal et fermentation

Image-Innovation-Chimie-1
Partenaire incontournable du développement de la chimie du végétal et des bioplastiques, Tereos contribue à réduire la dépendance des industries chimiques aux ressources fossiles, diminuer leur empreinte environnementale et rendre leurs procédés plus propres.

En chiffres

10%

environ des matières premières utilisées par l’industrie de la chimie en France sont d’origine végétale

240000t

de protéines végétales produites par Tereos

Une expertise solide dans la chimie verte

Tereos bénéficie d’une expertise reconnue dans la chimie du végétal qui permet de substituer au carbone d’origine fossile du carbone d’origine végétale pour produire des matériaux biosourcés.

Grâce à son actionnariat agricole, le Groupe jouit d’un accès facilité à la biomasse, cette fraction biodégradable des produits des déchets et des résidus d’origine biologiques, dont l’utilisation permet la fabrication de très nombreux produits chimiques.

Plusieurs ingrédients issus des matières premières agricoles, comme la fécule de pomme de terre, le dextrose, le sorbitol liquide, entrent dans la composition des matières plastiques biosourcées : polyuréthanes, adhésifs, revêtements, détergents, etc.

Enfin Tereos s’engage dans la recherche et le développement du bioéthanol de demain en s’alliant à plusieurs projets : Futurol pour le développement d’un procédé de production de bioéthanol de deuxième génération à partir de la biomasse cellulosique, Biocore, un projet européen qui a pour ambition de développer une raffinerie du végétal base biomasse complexe, Probio3 pour la production d’huiles par voie fermentaire, etc.

  • Cover-Innovation-Chimie
  • Green chemistry

Biobutterfly, un projet de pneus biosourcés en partenariat avec Michelin

Le projet vise à développer du bio-butadiène, se substituant au butadiène classique, un produit tiré du pétrole utilisé dans la composition des pneumatiques. Avec ce partenariat, le bio-butadiène sera produit à partir de matières premières végétales issues de la production de sucre de betterave. A horizon 2020, l’objectif est de démarrer un pilote industriel. Ce démonstrateur permettra de valider les étapes clés du procédé et sa faisabilité, tout en confirmant l’opportunité d’un déploiement à l’échelle industrielle.