Groupe

Histoire

Le point de départ de Tereos est la création, par quelques agriculteurs, de la distillerie coopérative d’Origny, dans l’Aisne. L’usine travaille alors 400 tonnes de betteraves par jour. 87 ans plus tard, le Groupe est devenu le 2e groupe sucrier mondial.

La naissance d’une coopérative

C’est en 1932 que la distillerie coopérative d’Origny voit le jour dans l’Aisne, créée par quelques agriculteurs sous l’impulsion de Paul Cavenne. L’usine travaille alors 400 tonnes de betteraves par jour. Près de vingt ans plus tard, Jean Duval, Directeur général de la coopérative, transforme la distillerie en une sucrerie qui travaille alors 900 tonnes de sucre par jour.

Dans les années 90, la coopérative d’Origny fusionne avec celle de Vic-sur-Aisne qui dispose d’une sucrerie qui traite 5 500 tonnes de betteraves par jour. L’ensemble prend le nom de Sucreries et Distilleries de l’Aisne (SDA). Un an plus tard, ce nouveau groupe rachète la sucrerie de Berneuil (Charente-Maritime).

L’acquisition de Béghin-Say en 2002, n°1 français du sucre, vient marquer un tournant. L’association des deux entreprises fait de ce nouveau groupe coopératif un leader sur le marché français qui rassemble 9 500 associés coopérateurs. C’est la naissance de Tereos.

4 ans plus tard, Tereos et le groupe coopératif Sucreries et Distilleries des Hauts de France (SDHF) fusionnent. Le Groupe accroît ainsi son activité et renforce son leadership sur le marché français.

En 2016, c’est la fusion du Groupe et de la coopérative APM Deshy. Ce rapprochement permet à Tereos d’élargir ses activités dans la transformation de la luzerne avec ses 4 usines de déshydratation en France (Anglure, Aulnay-aux-Planches, Montépreux et Pleurs).

En 2018, nait Tereos SCA. Les 12 000 associés coopérateurs sont désormais rassemblés en une coopérative unique. Une organisation simplifiée et modernisée pour renforcer l’efficacité du groupe coopératif et sa capacité à répondre aux évolutions de son environnement.

Image-Sustainability-Agriculture-Durable-4

Développement d’un groupe aujourd’hui devenu 2e groupe sucrier mondial et présent dans 17 pays

 

Activités sucrières

En 1992, Tereos s’implante en République tchèque avec la reprise de TTD et se dote d’un outil de production et de commercialisation de sucre en Europe centrale.

Tournant de l’an 2000, le Groupe investit dans la transformation de la canne. Il s’implante au Brésil, alors n°1 mondial du sucre et de l’alcool par le biais d’un partenariat avec le groupe Cosan, leader sucrier brésilien. En 2002, le Groupe acquiert également Guarani, 3ème groupe sucrier au Brésil, à travers l’acquisition de Béghin-Say.

L’internationalisation continue et Tereos acquiert une participation majoritaire dans la sucrerie de Bois Rouge sur l’île de la Réunion.

En 2007, Tereos s’implante au Mozambique en reprenant une des quatre sucreries du pays : Marromeu.

En parallèle et grâce à la reprise et au développement de Guarani : Tereos double les capacités de ses usines existantes puis acquiert et développe ses capacités de Sao José, Tanabi et Andrade. En 2007, Guarani est introduit en bourse à Sao Paulo.

En 2012, le Groupe, avec l’acquisition de la sucrerie de Ludus, s’implante en Roumanie zone fortement déficitaire en sucre.

Le Groupe acquiert en 2015 l’entreprise de distribution de sucre britannique Napier, numéro 3 du marché britannique. Tereos renforce ainsi ses positions en Europe et au Royaume-Uni.

Tereos fait également l’acquisition avec son partenaire mauricien Alteo, de Transmara Sugar Limited (TSCL) au Kenya. Le Groupe développe sa présence en Afrique de l’Est.

En 2010, c’est la création de Tereos Internacional : élargissement des activités cotées à la bourse de Sao Paulo, qui en plus de la canne au Brésil, intègrent désormais les activités canne de l’Océan Indien et les activités de transformation des céréales.

Tereos signe également un partenariat stratégique avec Petrobras le premier groupe pétrolier brésilien et la filiale de transformation de la canne de Tereos au Brésil (Guarani). Le Groupe acquiert les usines Vertente et Mandu au Brésil et devient à travers sa filiale Guarani le 3ème groupe transformateur de canne (sucre et éthanol) au Brésil.

A la Réunion, Tereos acquiert des actifs du groupe Quartier Français à La Réunion et devient le seul opérateur sucrier de l’île.

La première unité de méthanisation au monde utilisant uniquement des vinasses de betteraves voit le jour en 2013 sur le site de la sucrerie-distillerie d’Artenay en France.

En 2014, Tereos affirme son ambition de devenir un des leaders mondiaux du commerce international du sucre blanc avec la création de Tereos Commodities, filiale de négoce et de merchandising. A partir de 2016, Tereos élargit les activités de Tereos Commodities à l’éthanol. L’entité compte 7 bureaux dans le monde : en France, en Suisse, à Singapour, en Inde, au Brésil et au Kenya.

En 2016, le Groupe rachète la participation de Petrobras dans Guarani : Tereos devient l’unique actionnaire et le 3ème acteur de l’industrie sucrière brésilienne.

L’année 2018 est marquée par l’investissement de Tereos et VLI (partenaire Brésilien) dans les infrastructures logistiques pour l’export du sucre.

IMG_3925_opt

Activités amidonnières

En 1993, a lieu le premier investissement de transformation des céréales avec la création d’une unité d’éthanol de blé à Origny. Une dizaine d’années plus tard, une unité d’éthanol de blé est également construite à Lillebonne près du port céréalier de Rouen. La production de Lillebonne sera élargie aux productions alimentaires (gluten et dextrose).

En 2007, en partenariat avec des coopératives céréalières, Tereos acquiert les 5 amidonneries-glucoseries du groupe Tate & Lyle en Europe occidentale et devient le 3ème amidonnier européen. Tereos signe par la suite un accord commercial et industriel avec la coopérative espagnole Acor.

En 2010, le partenariat stratégique avec les 10 coopératives céréalières donne lieu à la création de Tereos Agro-Industrie.

En 2011 Tereos rachète Halotek au Brésil, spécialisée dans la transformation du manioc en amidons et acquiert la féculerie d’Haussimont en France. C’est ainsi que le Groupe développe son offre en amidon.

La même année, le Groupe se lance dans un plan d’investissement pour le développement de la production et de la cogénération au Brésil avec le soutien de la Banque Nationale d’Investissement du Brésil (BNDES).

En 2012, Tereos poursuit son développement dans l’amidon et s’implante en Chine en vue de développer la production de produits amylacés. Un accord de partenariat avec Wilmar, premier groupe agroalimentaire asiatique, est signé.

En 2013, au Brésil, la nouvelle amidonnerie de maïs de Palmital démarre son activité.

En Chine, Tereos acquiert une seconde amidonnerie à Tieling, dans le nord du pays, en partenariat avec Wilmar.

Tereos poursuit son internationalisation et s’implante en Indonésie. Première économie d’Asie du Sud-est, grâce à l’acquisition de 50% de Redwood, l’unique amidonnerie de maïs du pays.

En 2015, l’amidonnerie de blé de Dongguan (Chine) débute son activité.

En 2017, Tereos ouvre un “technical customer support” en Chine puis l’année suivante un centre de R&D à Singapour pour offrir des solutions innovantes au secteur agro-alimentaire en Asie-Pacifique.

Cover-Innovation-Accueil